Accueil/Conso/DIY/Recycler un PC
Recycler un PC

Indice NDT

(N)iveau requis, de l’utilisateur à l’expert.
(D)ifficulté : Simple, Moyenne, Complexe.
(T)emps estimé pour la réalisation.

Utilisateur Technicien Expert
Niveau
Simple Moyenne Complexe
Difficulté
– d’une heure + de 5 heures 12 heures et +
Temps

OcM

Objectif de l’article.
Contexte de la réalisation.
Modalité de l’éxécution.

Redonner vie à une vielle machine

Un PC fixe ou portable inapte sous Windows ou macOS récent

Installation de LinuxMint – Marche à suivre

Recycler un vieux PC est parfois une opération délicate. soir la machine est top faible pour faire fonctionner un système d’exploitation actuel, soit on se trouve avec un viel OS qui représente un danger en termes de sécurité si on le conecte sur Internet.

L’alternative Linux peut dans ce cas est un bon choix pour peu qu’on choisisse une distribution qui ne soit pas trop technique.

Dans les années 80 des informaticiens souhaitent disposer d’un système d’exploitation libre versus ceux proposés par des sociétés comme Microsoft, Apple, Oracle, IBM etc.. L’idée est de créer un dérivé du système UNIX propriété à l’époque d’AT&T.

En 1991, Linux est un système d’exploitation pour ordinateur inventé Linus Torwald, basé sur le UNIX.

Depuis différentes distributions se sont créées permettant sur la base du noyaux Linux, d’avoir des systèmes adaptés à un un robot, un ordinateur, un smartphone, une voiture, une caméra, etc…

Face à la rudesse du système, différentes organisations communautaires se sont organisées pour produire une distribution Linux de plus en plus «plug & Play» à la manière d’un système d’exploitation comme macOS ou Windows à savoir : accompagner l’utilisateur dans l’installation et le paramétrage technique de son ordinateur via son interface graphique.

Debian et Ubtuntu (basée sur Debian d’ailleurs) en sont les version les plus connues dans les années 2000-2020.

Crée en 2006, LinuxMint s’appuie sur une distribution Ubuntu et s’affirme comme un « système moderne, élégant et confortable, à la fois puissant et facile d’utilisation »

La version Trica publiée en décembre 2019 est supportée jusqu’à avril 2023.

LinuxMint est une distribution qui se veut la plus proche d’un OS comme Windows.

Tout en demeurant une version d’OS Linux classique (disposant d’un accès terminal et d’un super utilisateur Root et la capacité d’agir en mode texte avec les commandes classiques d’une distribution Ubuntu Debian) elle offre une convivialité maximale.

  • L’utilisateur est pris en charge par l’interface graphique
  • De nombreux assistants facilitent le paramètrage de l’ordinateur et des périphériques
  • Par défaut la distribution arrive clé en main avec les pilotes optimisés selon le matériel et un ensemble de logiciels tels que
    • Navigateur Internet Firefox
    • Suite bureautique Libre Office (équivalent Word, Excel, PowerPoint, Publisher et même Access)
    • Messagerie Thunderbird
  • des accessoires logiciels :
    • pour la prise de notes,
    • la prise de clichés d’écran,
    • la prise en charge de formatage de clé USB aussi bien en ext4 (format Linux natif) que Fat et même NTFS,
  • un gestionnaire de fichiers (Nemo) qui gère les montages automatiquement (ext4, réseau, NTFS…)
  • un logiciel de sauvegarde des données utilisateurs
  • un logiciel de gestion des sauvegardes du système (principe de TimeMachine)
  • une gestion des paramètres (des thèmes de l’environnement jusqu’au réseau en passant par les périphériques) par l’utilisateur
  • un logiciel de mise à jour du système et des logiciels présents
  • un magasin de logiciel pour faciliter leur installation (même s’il est possible de passer outre)

Bref, tout est semblable à un PC sous Windows ou macOS (d’ailleurs on peut ajouter des thèmes pour transformer l’écran selon ses gouts ).

Exemple: «je veux ajouter un programme comme VLC»

  1. Démarrer,
  2. Administration
  3. Gestion des logiciels
  4. je trouve VLC je décide de l’installer
  5. il se télécharge à la bonne version et s’installe automatiquement
    cerise sur le gâteau il est proposé automatiquement dans le sous dossier Sons et Vidéos (mieux que Windows !)

Pour moi c’est le pouvoir de Linux pour un utilisateur lambda connaissant Windows, sans être un geek averti.

L’installation d’un OS implique souvent la remise à zéro du disque dur existant sur l’ordinateur concerné.

Il convient à chacun de préserver, en amont par des opérations de sauvegardes, les données utilisateur jugées importantes.

LinuxMint est apte à lire un support externe clé USB ou disque dur formaté en ext4, BTFRS, FAT, FAT32, exeFAT et NTFS. (pas HFX ni APFS de manière native).

La suite bureautique LibreOffice est apte à ouvrir importer un document issu de la suite Microsoft Office (hors macro-commande d’automatisation et/ou procédure VB créée dans un document MSOffice)

L’auteur n’est pas responsable de la perte des données et des anomalies éventuelles rencontrées post installation de l’OS LinuxMint.

Vous agissez en toute responsabilité en sachant les risques encourus eu égard à l’utilisation de l’ensemble numérique concerné, qu’il s’agisse de l’installation ainsi que des opérations associées à l’utilisation des outils logiciels disponibles sur cette plate-forme.

SOMMAIRE


(*) opération facultative

1. Matériel requis

  • Un accès à Internet pour :
    • récupérer les logiciels
    • récupérer la version LinuxMint
    • récupérer les pilotes et logiciels requis pour le fonctionnement
  • Un ordinateur disposant de ports USB et apte à démarrer sur une clé USB. (au delà il faut utiliser un disque externe ou graver l’image ISO sur CD/DVD)
  • Un câble réseau : la carte réseau est reconnue automatiquement ce qui n’est pas toujours le cas des cartes réseau sans fil Wifi.
  • Une clé USB de 2 Go à minima

2. Quelle version choisir

Les exigences Linux sont faibles versus les OS propriétaires actuels comme Windows 7/10 et/ou macOS 10.14.x

  • Processeur : AMD 64 (64 bits) ou Intel (32 bits ou 64 bits)
  • Disque dur : 20 Go
  • Mémoire vive : 2 Go

La version 32 bits gère 4 Go max.

Le minimum requis s’entend pour faire fonctionner le système. Tout dépend ensuite de l’utilisation que l’on en fait : plus la puissance et la place disque sont présentes plus nombreux sont les logiciels et les données exploitables aussi.

Comment savoir si mon matériel est compatible ?

La plupart des distribution Linux existent en LiveCD (ie – possible test depuis un CD/DVD ou une clé USB sans installer le système complet).
LinuxMint offre cette possibilité tout comme in-situ la détection du matériel présent, permettant de définir la version la plus adaptée.
On peut identifier la machine et rechercher sur Internet ses spécifications et comparer avec des sites comme celui ci : https://doc.ubuntu-fr.org/materiel.
Si la machine est opérationnelle avec un OS on peut utiliser des logiciels de collecte comme Speccy sur Windows.
Enfin, on peut via le liveCD faire une détection du matériel (cf § ci dessous)

Mon conseil : à minima identifier si la machine est 32/64 bits et prendre une version adaptée pour tester en direct. (ça marche ou pas !)

Dans le doute on peut prendre une version 32 bits et lancer le test matériel pour ensuite confirmer cette version ou passer sur une version 64 bits.

La distribution est disponible soit en 32 bits soit en 64 bits pour des ordinateurs machines plus récentes/puissantes.
Chaque distribution dispose d’ une interface graphique adaptée à la configuration matérielle.

  • Cinnamon pour les versions les plus puissantes/actuelles
  • Mate pour une solution intermédiaire (moyenne)
  • Xfce pour une solution la moins gourmande en ressource machine. (minimale)

Plus la machine est ancienne et faible en mémoire et sans carte graphique dédiée, plus on passera avec une version allégée 32 bits et Xfce en interface graphique.

3. Préparation du support USB

  1. Différents logiciels existent pour transformer la clé USB avec l’image ISO téléchargée en support bootable (démarrage depuis un ordinateur).
    Je trouve BalenaEtcher pratique et simple à utiliser. Il existe pour Windows (32bits ou 64 bits) macOS et Linux. Dispo ici : https://www.balena.io/etcher
  2. On récupère la version LiveCD depuis le le site LinuxMint
  3. On ouvre l’application BalenaEtcher et là :
    • on insère la clé dans l’ordinateur
    • on sélectionne l’image LiveCD LinuxMint téléchargée
    • on précise la clé USB concernée
    • on flash

Voilà la clé USB est prête à être utilisée comme support de démarrage sur n’importe quelle machine Pc ou Mac disposant d’une prise USB.

4. Démarrage depuis la clé USB

Le démarrage par défaut est le disque dur de l’ordinateur. Il faut orienter le démarrage vers la clé USB.

Selon les machines

  • sur un mac : au démarrage du mac un appui long sur la touche ALT jusqu’à ce que les supports de démarrage apparaissent et on choisit alors la clé USB.
  • sur un PC : F12 peut permettre de choisir le support de démarrage et donc de choisir la clé USB, parfois il faut passer par le setup du BIOS (on y accède par la touche Suprr. ou F2). Enfin, il faut parfois désactiver les options de démarrage rapide que l’on peut trouver dans le BIOS. (détails selon les BIOS ici : https://lecrabeinfo.net/demarrer-pc-a-partir-cle-usb-cd-dvd.html)

5. Hardware detection

Lors du démarrage sur la clé USB par défaut au bout de quelques seconde c’est le 1er choix qui est opéré (start in compatibility mode) soit le lancement du LiveCD pour tester la version LinuxMint.

Le 4ème choix Hardware detection permet d’affiner en amont selon le matériel présent :

  • les périphériques présents et reconnus
  • la version LinuxMint la plus adaptée :
    • selon le processeur présent 32 ou 64 bits
    • selon la mémoire vive présente
    • selon l’espace disque

On se déplace avec les flèches du clavier et on peut identifier de manière précise le processeur

  1. Flèche bas sur l’item Processeur
  2. Touche entrée pour valider le choix
  3. Flèche vers le bas
Parfois l’identification 64 bits est aisée (ici c’est écrit) sinon sur une ligne intitulée Flags on trouve respectivement les 2 lettres
  • lm pour un processeur Intel 64 bits,
  • pm pour un processeur Intel 32 bits,
  • rm pour un processeur Intel 16bits.
On oublie le dernier type de processeur pour cette distribution Linux 🤓.

On peut poursuivre la vérification sur la mémoire et/ou la capacité du disque dur et au delà les périphériques présents et connus.

6. LiveCD

On peut utiliser cette version minimaliste non optimisée mais opérationnelle. On demeure en langue anglaise mais les programmes présents peuvent s’exécuter. La partie réseau est en théorie fonctionnelle à minima avec un câble réseau connecté au réseau local et à Internet.

Il s’agit d’une version de démonstration permettant de se familiariser simplement au système d’exploitation avant de franchir le pas de l’installation.

Rappel : le disque dur de l’ordinateur est inaltéré et son intégrité respecté.

7. Installation

Double clic sur l’icône CD présent sur le bureau intitulé «Install Linux Mint» lance le processus d’installation.

On suit les écrans tels qu’ils sont proposés dans les diférentes étapes :

  1. choisir le pays d’installation
  2. la langue
  • et le clavier associé

Le clavier Français (Français azerty) suffit sauf cas particulier comme par exemple pour une VM et/ou un clavier Mac.(azerty macintosh).

A noter : on peut tester certaines touches selon l’option clavier proposée avant de valider son choix.

  • On confirme installation des logiciels tiers

Permet de disposer de pilotes matériels et autres logiciels pour la gestion multimédia et du réseau sans fil.

  • On confirme le type d’installation
  • On confirme le choix car il s’agit de supprimer l’intégralité des données présentes sur le disque dur de l’ordinateur visé

On peut chiffrer l’intégralité du disque, on peut aussi faire appel à un utilitaire pour partitionner le disque dur.

A noter : dans le cadre d’un recyclage on efface totalement le disque dur présent pour que le système et ses données prennent place. (préco = choix 1)

  • On confirme le fuseau horaire localisé

Qui êtes vous ?

  • On précise le nom (libellé qui est affiché en début de connexion)
  • le nom de l’ordinateur (on peut modifier celui proposé par défaut- attention sans espace)
  • le nom de l’utilisateur : profil utilisateur qui est présent sur l’ordinateur – faire court et sans espace –
  • le mot de passe minuscules, majuscules, signes sont acceptés

Déconseillé d’ouvrir automatiquement la session,
et si pour des raisons de sécurité il le faut… On peut chiffrer le dossier local qui contiendra les données utilisateur.

L’installation se poursuit. Les éléments sont téléchargés depuis Internet. La progression est dépendante de la connexion. Il faut compter selon les éléments tiers à rapatrier entre 1 min 10 min.

L’installation terminée, on est invité à redémarrer ou poursuivre la démo.

Dans le cadre du redémarrage, on est invité à ôter la clé USB puis valider pour confirmer.

Le démarrage se fait alors sur le disque dur formaté jusqu’à l’arrivée de la page de connexion.On retrouve le nom de l’ordinateur, le nom de l’utilisateur, il ne reste plus qu’à saisir le mot de passe.

Attention par défaut le clavier numérique (s’il existe) n’est pas verrouillé.

8. Post-installation

C’est à chacun de voir les options, logiciels supplémentaires et autres pilotes de périphériques à installer.

A minima dans les premiers temps on va :

  1. Confirmer le recours ou pas à des pilotes tiers*
  2. Installer le service de sauvegarde du système*
  3. Vérifier la mise à jour du système et des logiciels présents*
  4. Paramètres du système
  5. Gestionnaire des logiciels
  6. Activer ou pas le Pare-Feu
  7. Vérifier le bon fonctionnement de l’ensemble*

(*) opérations conseillées à l’issue de l’installation les autres sont plus facultatives.

8.1 – Pilotes Tiers

On vérifie si besoin, le recours à des pilotes tiers : pour gérer une carte graphique (de manière optimisée), une carte réseau sans fil etc..
Pour toutes actions techniques majeures, le mot de passe de l’utilisateur est requis.
Si aucun pilote n’est proposé :

  • tout le matériel est reconnu en natif et tout va bien
  • du matériel n’est pas reconnu et non identifié par le système aussi…. Cela risque d’être compliqué (pas impossible) de poursuivre.

Une fois cette opération passée, on s’assure par des tests d’utilisations, que l’ensemble de l’ordinateur est fonctionnel (carte réseau sans fil par exemple)

A noter : la détection est automatique et le pilote proposé est correct à + de 95%.

8.2 – Instantanés Système

A la manière d’un TimeMachine, l’OS propose une solution logicielle pour sauvegarder régulièrement l’intégralité du système.
En cas de problématique majeure rencontrée suite à l’installation d’un logiciel, d’un pilote ou à l’issue d’une mise à jour de l’ensemble, on peut revenir en arrière selon les «clichés de sauvegardes présents

La sauvegarde peut se faire sur un support externe mais aussi en interne. Par défaut seul le système est concerné (mais on peut inclure manuellement les profils utilisateurs – ie les données personnelles -)

Typologie de la sauvegarde (ici Rsync sur format natif)

L’emplacement (ici sur le disque dur principal)

La fréquence (selon l’utilisation faite de la machine) et le nombre de versions à retenir.
(pour une utilisation peu fréquente 2 versions mensuelles peuvent suffire)

Le périmètre (par défaut QUE le système mais on peut ajouter le(s) profil(s) utilisateurs en sus.)
(on préfère les exclure et les considérer dans une sauvegarde à part)

Fin du paramètrage.

On lance un premier cliché. La durée dépend de l’installation (place occupée) et vélocité de l’ordinateur et de son disque dur.

Par la suite

  • les clichés sont produits automatiquement selon la fréquence retenue
  • on peut parcourir un cliché si nécessaire ou le restaurer au besoin.

8.3 – Mise à jour du système

Un système à jour permet de disposer d’une configuration matérielle et logicielle opérationnelle et la plus sécurisée selon les corrections apportées par les développeurs.

On peut changer la source des paquets.
(A faire si des difficultés de connexion sont rencontrées)

Le catalogue des mises à jour se charge

On confirme l’application des mises à jour proposées
(sélection possible si besoin)

On confirme

Et voilà !
Le système est à jour (parfois un redémarrage peut être demandé).

Les mises à jour sont proposées automatiquement.

8.4 – Paramètres du système

Comme le panneau de configuration sous Windows ou Préférences système sur macOS, on accède aux réglages de l’ordinateur : du fond d’écran, à la gestion d’une imprimante, en passant par les réglages du réseau ou la mise à jour du système

8.5 – Ajout/Suppression de logiciels

L’ajout et la suppression de logiciel peut se faire via le magasin d’applications proposé par le système via le Gestionnaire de logiciels.

8.6 – Pare-Feu

Le Pare-feu permet de contrôler les entrées/sorties sur le réseau. Limiter les sorties pour empêcher un accès précis et/ou interdire certaines entrées pour éviter les attaques réseau. A activer selon chaque situation selon le niveau de sécurité désiré et le contexte d’utilisation (réseau privé ou public)

8.7 – Vérification d’utilisation

Le système est désormais opérationnel, il convient de s’assurer que l’on peut correctement l’utiliser sans temps d’attente, de blocage ou de moindre difficulté rencontrée.

Une des particularité parfois un peu déroutante est l’absence de sablier. Habitué Windows on ne voir pas toujours si la machine est sollicitée lors du lancement d’une application ou d’un traitement.

9. L’interface

Semblable à un Windows ou un macOS, l’appréhension de l’interface d’utilisation est aisée.

On retrouve

  • une gestion de fenêtre classique avec sa réduction, son agrandissement et la croix pour fermer,
  • une utilisation de la souris avec
    • bouton gauche (un clic) pour sélectionner un item/icône,
    • double clic pour lancer/exécuter une application/fonction,
    • parfois un bouton droit pour des accès contextuels à des fonctions particulières.
  • un bureau (personnalisable) avec
    • une barre d’état
    • une barre des tâches
    • un bouton/menu démarrer pour accéder aux fonctions/logiciels installés.

Rien de transgressif et au final d’inhabituel pour qui sait déjà utiliser un ordinateur sous Windows comme sous macOS.

10. Le menu (démarrer)

Le bouton «menu» est l’équivalent d’un menu démarrer sur Windows.
On retrouve des raccourcis pour des fonctions principales .

A noter : par glissement d’icône on peut ajouter/ôter des fonctions selon ses habitudes.

Et les différents programmes/fonctions regroupés par thématique

Accessoires


  • Calculatrice
  • Capture d’écran
  • Clavier virtuel
  • Créateur de clé USB
    ( faire une clé d’installation du système)
  • Disques
    (partition et espace libre vus occupé)
  • Éditeur de texte
  • Fichiers
    (Nemo l’explorateur de fichiers)
  • Formateur de clé USB
    en ext4 (format natif) FAT32 ou NTFS
  • Gestionnaire d’archives
    zip rar et autre targz
  • Gnote
    prise de notes
  • Mot de passe et clés
    trousseau des clé du PC
  • Onboard
    clavier visuel
  • Polices
  • Redshift
    réglage des profils couleur
  • Table des caractères
  • Visionneur d’images
  • Visionneur de documents

Bureautique


  • Agenda
  • Libre Office
    lanceur de la suite bureautique
  • LibreOffice Base
    équivalent MS Access
  • LibreOffice Calc
    équivalent MS Excel
  • LibreOffice Draw
    outil de dessin schéma diagramme
  • LibreOffice Impress
    équivalent Ms PowerPoint
  • LibreOffice Math
    écrire des équations
  • LibreOffice Writer
    équivalent MS Word

Graphisme, Internet, Son et Vidéo


  • Dessin
    pour des dessins vectoriels
  • SimpleScan
    numérisation depuis un scanner connecté en USB
  • Pix
    catalogueur/visualiseur d’images
  • Hexchat
    outil de discussion
  • Thunderbird
    la messagerie
  • Firefox
  • Transmission
    gestion du P2P
  • Celluloid
    lecteur multimedia
  • Rhythmbox
    gestion des fichiers audios

Administration


  • Analyseur d’utilisation des disques
  • Ecran de connexion
  • Gestionnaire de logiciels
  • Gestionnaire de mise à jour
  • Gestionnaire de paquer Synaptic
    pour des logiciels supplémentaires du monde linux
  • Gestionnaire de pilotes
  • Imprimantes
  • Journaux
  • Moniteur système
  • Outil de sauvegarde
  • Rapport système
  • Sources de logiciels
  • Statistiques de l’alimentation
  • suivi batterie pour un portable
  • Terminal
  • Timeshift
    gestion des instantanés du système
  • Utilisateurs et groupes

Paramètres système


Tout les réglages possibles

Emplacements et Documents récents


Raccourcis pour les dossiers utilisateurs (Document, Images etc..) et historiques des derniers fichiers consultés.

Plusieurs PCs de différentes marques (minimum 4 Go de ram avec  processeur Pentium en 64 bits et un disque dur de 320 Go) réalisés sans grande difficulté. Toujours très agréablement surpris de la facilité avec la quelle l’installation s’opère et qu’à l’issue on dispose d’un ordinateur opérationnel avec un OS à jour et des logiciels installés pour une utilisation bureautique/Internet simple.

Solution souvent proposée pour des machines à bout de souffle avec Windows.

Mon REX

FAQ

Installer hors le gestionnaire de logiciels2020-02-04T18:19:26+01:00

Hors le gestionnaire de logiciels point de salut !

Que nenni, il est possible d’installer tous logiciels compatibles Linux. La solution la plus aisée étant de pouvoir choisir un package produit à destination d’une version Debian (.DEB).

TeamViewer n’est pas présent dans le gestionnaire de logiciels2020-02-04T18:21:59+01:00

Il faut l’installer manuellement.

Depuis le site Internet de TeamViewer on choisit les paquets pour Linux dans la rubrique téléchargement et on opte pour une version conforme avec l’os installé (32 ou 64 bits) et pour une distribution Debian/Ubuntu.

Une fois le paquet rapatrié en local, le.DEB est reconnu par le gestionnaire de packages et l’installation se fait via un double clic comme pour un programme Windows.

TeamViewer est catégorisé par défaut dans la section Internet accessible via le Menu Mint (démarrer).

Organiser les menus des applications2020-02-04T18:19:17+01:00

Par défaut, à l’issue d’une installation logicielle, l’item est automatiquement répertorié (Accessoires, Internet, Bureautique ou Autres).
Si on souhaite changer l’ordre établi ou après une installation hors Gestionnaire de Logiciels (ou à la création d’un nouveau lanceur depuis le bureau) on peut personnaliser cette organisation.

  • Bouton droit sur l’icône Mint Menu (démarrer)
  • choisir configurer
  • dans la fenêtre menu
  • choir l’onglet menu
  • puis «ouvrir l’éditeur de menu»

Organiser comme bon vous semble les dossiers présents par du couper/coller et autre création de sous dossiers

Chrome vus Chromium2020-02-06T11:24:55+01:00

Chromium est la version libre de Google Chrome et ne dispose pas de toutes les licences/fonctions logicielles ajoutées dans Google comme par exemple : les codec H264 pour la lecture de vidéos en streaming, le lecteur intégré flash (sic), etc..

Pour installer Google Chrome, on le télécharge depuis Google et on opte pour la version Linux adaptée à son OS et sa distribution (Debian/Ubuntu).

La version Google Chrome est bien plus conséquente en fonctionnalités mais plus gourmande en ressources machines aussi…

Où est la corbeille ?2020-02-06T11:33:16+01:00

Par défaut les icônes du bureau sont triés automatiquement et la corbeille est masquée.

  1. Bouton droit sur le bureau
  2. On désactive l’alignement automatique
  3. un clic sur «paramètres du bureau»
  1. On coche l’affichage de la corbeille
2020-02-24T17:43:33+01:0004 Fév 2020|Conso, DIY|

Laisser un commentaire